Pourquoi la science recommande-t-elle d’utiliser une souris HandShoe ?

Selon une étude européenne, un employé de bureau sur six environ souffrirait de troubles musculosquelettiques (TMS) et de certaines formes du syndrome du canal carpien (SCC). Ces affections ont fait l’objet d’études de terrain et de travaux de recherche fondamentale réalisés en Europe par plusieurs facultés de médecine.

Les recherches effectuées aux Pays-Bas par le Centre médical de l’Université Erasmus ont démontré que ces troubles sont en partie imputables à l’usage de la souris d’ordinateur. Ils seraient dus, notamment, aux crispations et aux contractions de la main sur la souris, et au déplacement des doigts sur les boutons.

Les muscles profonds du cou subissent d’importantes répercussions lorsque la main se crispe ou se contracte. Pour que ces tensions disparaissent, la chaîne cinétique qui relie les doigts aux muscles profonds du cou doit pouvoir se relâcher. Pour y parvenir, il est nécessaire de soutenir la main et l’avant-bras afin de soulager les tensions ressenties dans les épaules et les bras.

Ces images représentent le trapèze et le deltoïde, deux muscles inutilement sollicités lorsque la main et le bras ne bénéficient d’aucun support.

Research1FR

Répercussions négatives des crispations, des contractions et des mouvements de doigts

La recherche fondamentale a démontré que les crispations et les contractions affectent les muscles profonds du cou de la manière suivante.

L’artère principale et le nerf (plexus brachial) passent dans le bras par le défilé costo-claviculaire (traversée thoraco-brachiale). Ce passage situé entre la première côte et la clavicule a tendance à se rétrécir lorsque les muscles profonds du cou sont contractés. La contraction des muscles ramène la première côte vers la clavicule. La tension ainsi causée peut réduire le flux sanguin dans les artères et les veines, et compresser les nerfs.

Des sensations de fourmillement, d’engourdissement ou de mains froides peuvent en résulter.

Ces symptômes indiquent tous la présence de TMS et peuvent conduire à certaines formes de SCC.

Science2FR

Comment la souris HandShoe procure-t-elle la détente dont vos muscles ont besoin ?

Les signaux EMG reproduits ci-dessous montrent les tensions musculaires induites par le tout premier prototype de la souris HandShoe et par une souris classique. La souris HandShoe procure un soutien optimal à la main, aux doigts et au pouce qu’elle maintient dans une position de détente. Elle permet de soulager la tension musculaire permanente causée par la crispation de la main et le déplacement des doigts sur les souris classiques, laquelle est clairement observable sur les signaux EMG.

Il apparaît donc qu’un maintien adéquat de la main et des doigts procure la détente dont la chaîne cinétique a besoin pour permettre aux muscles profonds du cou de se relâcher. La forme ergonomique de la souris HandShoe favorise une réaction en chaîne qui prévient l’inflammation des muscles et des tendons.

Science3FR

Durant la phase d’études sur le terrain, une grande société d’assurance hollandaise a demandé à l’équipe de recherche de comparer les résultats à ceux obtenus avec les souris classiques ou les souris prétendument ergonomiques.

Les résultats de l’évaluation ont été publiés et ils peuvent être téléchargés ici.

Qu’est-ce qu’une position neutre pour la main ?

Contrairement aux idées reçues, la position dite de la poignée de main n’est pas aussi neutre qu’elle n’y paraît. Selon les recherches fondamentales menées par le Centre médical de l’Université d’Hasselt sur l’anatomie humaine, la membrane interosseuse (MIO) qui relie les deux os de l’avant-bras se contracte ou se relâche selon l’angle formé par la main et l’avant-bras.

C’est ce qui expliquerait pourquoi certains modèles de souris verticales semblent être à l’origine d’inflammations musculaires.

Les muscles longs du pouce et de l’index qui nous permettent de saisir et de manipuler la souris sont rattachés à la MIO.

La position des muscles est représentée dans les images ci-dessous.

Dans la position dite de la poignée de main, prétendument neutre, la force de préhension exercée sur la souris est transférée vers la MOI déjà mise sous tension. Des inflammations peuvent en résulter et se traduire, avec le temps, par des troubles physiques.

Des études anatomiques ont démontré que l’emploi d’une souris de forme légèrement oblique sollicitait moins les muscles :

lorsque l’avant- bras et la main effectuent une rotation de 25 à 30° (supination), les os de l’avant-bras (l’ulna et le radius) s’emboitent partiellement, et la MIO se relâche complètement. C’est ce qui se produit lorsque vous utilisez une souris HandShoe.

Dans cette position, le relâchement est optimal.

Science 5FR

Ci-dessous, une souris verticale et la tension qui s’exerce sur la MIO. Les os ulna et radius de l’avant-bras sont représentés dans le plan.

Science 6FR

Remarque : Remplacer votre souris classique par une souris verticale peut sembler remédier au problème dans un premier temps. Les muscles fatigués se relâchent et un certain soulagement peut se faire ressentir.
Toutefois, l’expérience sur le terrain a montré que, contre toute attente, les inflammations dans l’avant-bras ont tendance à réapparaître. La position de la poignée de main, prétendument neutre, ne permet pas d’éliminer les crispations.

Tensions dans les doigts et le pouce résultant des crispations et des contractions

Avec les souris classiques ou verticales, les doigts et le pouce subissent un stress et une fatigue excessifs induits par la crispation et la contraction de la main sur la souris. La taille de la souris n’est pas la seule en cause : comme nous l’avons vu précédemment, sa forme peut être aussi à l’origine de troubles puisque la main doit se contracter pour manipuler les commandes. (Voir les illustrations ci-dessous).

Lorsque la main saisit la souris, c’est généralement la force des doigts qui s’exerce, alors que le pouce agit comme force d’opposition.
Avec une souris classique, les articulations des doigts subissent également une force de rotation (phalange proximale).

Science7FR

À ces forces vient s’ajouter la force d’opposition que subit l’articulation principale du pouce (articulation carpométacarpienne, ou CMC). De toute évidence, une usure se produit au niveau de l’articulation CMC lorsque celle-ci est très sollicitée, ou que les doigts et le pouce sont soumis à des tensions importantes (force de préhension).

Science 8FR

Risques de troubles induits par les crispations et les contractions

Si vous faites un usage intensif de la souris d’ordinateur au quotidien, vous devez garder à l’esprit qu’avec le temps, vous exposez vos articulations à un risque d’usure accru du fait des crispations et des contractions subies.

En tant que concepteur et fabricant de la souris HandShoe, Hippus collecte régulièrement des données de terrain sur les troubles qui affectent l’articulation CMC et l’articulation inter-phalangienne proximale (IPP).Ceux-ci ont fait l’objet d’une étude récente au Centre médical de l’Université d’Hasselt.

Nous attirons donc votre attention sur le fait que l’usage des souris classiques ou faussement ergonomiques peut augmenter les risques d’usure articulaire et, par conséquent, les risques d’arthrite dégénérative.

Il faut également garder à l’esprit que les tensions subies par les articulations peuvent potentiellement se traduire par des inflammations et de l’arthrite rhumatoïde.

La souris HandShoe ne peut pas guérir des affections comme l’arthrite, mais son usage permet d’en réduire considérablement les risques.

Il limite également les risques de développer une tendinite de De Quervain (un autre type d’affection pouvant toucher le pouce).

Effets de l’arçon de soutien de la souris HandShoe

Les contours de la souris HandShoe maintiennent parfaitement la paume de votre main, vos doigts et votre pouce, ce que ne peuvent faire les souris classiques ou verticales. Vos doigts se relâchent puisque vous ne les déplacez plus sans cesse au dessus des boutons.

L’arçon soulage le stress et les tensions ressentis dans les articulations des doigts (IPP).
Votre pouce bénéficie d’un soutien similaire, conçu pour protéger son articulation principale (CMC).

Le design de la souris vous permet de la déplacer (et de mouvoir le curseur) sans que votre main ne se crispe ou se contracte sur la coque. Une légère pression des doigts suffit pour actionner les commandes.
Parce qu’elle associe un soutien optimal à la réduction des mouvements nécessaires pour actionner les commandes, la souris HandShoe prolonge les périodes de relâchement, ce dont sont incapables les autres modèles de souris.

Science 9FR

La souris HandShoe prévient les irritations cutanées

L’utilisation accrue des souris d’ordinateur s’accompagne d’irritations cutanées de plus en plus fréquemment observées au niveau des mains. Des articles scientifiques récents font état d’irritations causées par la friction de la peau contre la surface de travail lors de l’utilisation prolongée des souris d’ordinateur. Un épaississement de la peau (callosité de souris) est l’un des effets observés.
Les frictions répétées, les pressions et le frottement de la paume des mains contre la surface de travail sembleraient même contribuer au développement de l’eczéma.
Ces irritations cutanées sont représentées ci-dessous avec la posture qui les favorise.

Science10 FR

En soutenant la paume de main, la souris HandShoe empêche la peau d’entrer en contact avec la surface du bureau et prévient les irritations cutanées que nous venons d’évoquer.

Prévenir la fatigue excessive du poignet (torsion du poignet)

Il est essentiel que le bras et la main puissent se mouvoir librement au dessus du bureau. Contrairement aux idées reçues sur les souris classiques ou faussement ergonomiques, l’emploi d’un repose-poignet est déconseillé car il entrave le mouvement.
Lorsque le mouvement est restreint, le déplacement de la souris s’effectue à partir du poignet.
Ces mouvements excessifs (torsion) mobilisent fortement les muscles de l’avant-bras et s’opèrent au détriment de l’articulation du poignet. Il importe donc de limiter son action.

Pour prévenir une fatigue excessive du poignet, l’avant-bras et la main doivent être soutenus dans une position adéquate (supination à environ 25-30 degrés).

Les images suivantes illustrent la meilleure manière d’utiliser la souris HandShoe pour réduire les risques de douleur au poignet. Pour déplacer le curseur sur votre écran, il vous suffit de mouvoir la souris à l’intérieur des triangles verts qui matérialisent les mouvements du bras et de la main.

Science 11FR

Les informations présentées ci-dessus sont tirées de la recherche fondamentale et d’études menées sur le terrain. Elles se basent sur un ensemble d’articles et de présentations disponibles sur à notre page des publications.

La position supposée neutre de « la poignée de main » force la membrane reliant l’ulna au radius à se tendre au maximum. Les muscles longs du pouce et de l’index sont rattachés, pour la plupart, à cette membrane interosseuse située dans l’avant-bras. Lorsque la main se crispe et se contracte sur une souris verticale, la membrane déjà tendue est donc inutilement mobilisée, et des troubles physiques peuvent en résulter. (Pour consulter la publication, veuillez cliquer ici)

Cette vidéo d’une minute explique pourquoi la position de « la poignée de main » n’est PAS neutre et vous montre comment utiliser votre avant-bras pour déplacer la souris.

Les études que l’Université nationale de Taïwan et le Centre médical de l’Université Erasmus ont consacrées au design des souris (la publication est disponible ici) ont conclu que les souris de forme légèrement oblique comme la souris HandShoe permettaient de prévenir les troubles physiques.

Souris ergonomique: utiliser votre avant-bras

(Video en Anglais)